J'ai testé Choisir de ralentir, de Nelly Pons

flowers-2630942_1920.jpg

Hello !

Je vous retrouve avec un nouveau "J'ai testé", et cette fois j'ai choisi un ouvrage un peu moins connu mais que j'ai beaucoup aimé : Choisir de ralentir, de Nelly Pons.

Le livre en lui-même est assez court et reste basique sur l'art de vivre à un autre rythme, ce qui en fait une excellente première lecture sur le sujet !

J'en ai tiré 11 propositions à mettre en place dans son quotidien, et je vous dis comment je les applique moi-même !

#1 : S'offrir un sas de décompression après le travail

Alors ça, c'est vraiment un indispensable pour moi ! Quand j'étais salarié, il me fallait ma "demi-heure de tranquillité" comme je l'appelais, en rentrant à la maison. Un petit moment seule dans une pièce, sans personne pour me solliciter, juste moi avec mes pensées. J'ai mis un peu de temps à le faire comprendre à mon mari, mais ça a fini par rentrer. A la fin, il me disait "on fait tel truc après ta demi-heure de tranquillité ?" Victoire !

Aujourd'hui, je me rend compte que j'ai toujours besoin de ce moment de transition entre mon mode "travail" et mon mode "perso", même si je travaille à mon compte et de chez moi. C'est une période au cours de laquelle je sors petit à petit de mon mode "ultra focus cerveau à fond".

#2 : Pratiquer l'empathie, qui a des effets sur le cerveau et entraîne bonheur et bien-être

Toujours se dire dans un premier temps, que la personne en face a fait de son mieux. Ça aide à rester zen ! J'ai lu dans Le livre du Hygge, que les danois enseignent l'empathie à l'école, et que c'est une des raisons qui explique leur première place au rang des pays les plus heureux du monde. Une bonne leçon venue des maîtres du slow living !

#3 : Désencombrer donne une sensation de légèreté

Confirmé aussi ! Mon dernier vrai désencombrement date de plus d'un an maintenant, et je pense qu'il faudrait que je repasse tout en revue chez moi. On ne peut pas dire que j'ai jamais été vraiment encombrée, mais justement, ça se travaille 😉

Cette sensation de légèreté, je pense que c'est aussi et surtout une légèreté émotionnelle, du moins c'est mon ressenti. Dans un désencombrement "bien fait", on se débarrasse d'objets qui nous causent des émotions négatives, comme de la culpabilité ou du ressentiment. C'est le genre de poids qu'on sent très vite s'enlever de la poitrine !

#4 : Oublier le temps qui passe et simplement s'immerger dans ce qu'on est en train de faire

Voilà un point qui me pose un peu plus de problèmes, mais j'y travaille. J'essaie vraiment de me débarrasser de cette tendance à regarder constamment l'heure, une habitude qui donne une sensation permanente d'urgence.

J'ai un peu revu mon organisation ces derniers temps, pour pouvoir m'organiser de longues plages horaires ininterrompues pour réaliser certaines tâches. Par exemple, je me donne deux heures sans interruptions pour écrire deux articles de suite. C'est bien mieux que de devoir écrire un article toutes les semaines, dans la précipitation, entre deux autres tâches sur la to-do list.

En parlant de to-do list...

#5 : Faire bon usage de sa to-do list, évaluer les tâches en temps, difficulté, échéance et programmer des journées réalistes

J'ai déjà écrit un article entier sur les 10 commandements de la to-do list, et j'ai encore des idées pour des articles encore plus précis, notamment pour que nos listes de tâches à réaliser restent réalistes !

La méthode des cailloux est déjà une bonne base : placer d'abord dans nos journées les "gros cailloux", les tâches les plus difficiles et chronophages, puis descendre dans la taille des tâches. Ainsi, on s'assure de ne pas programmer toutes les tâches gourmandes en énergie le même jour !

#6 : Revenir à nos bons vieux outils (montre à aiguilles, agenda papier) pour retrouver nos repères

En pleine réflexion à ce sujet en ce moment ! Mes aventures au pays de la détox digitale méritent une mise à jour (ce sera d'ailleurs l'objet d'un de mes prochains articles), mais un gros sujet pour moi est d'être moins dépendante de la technologie - non pas psychologiquement, mais matériellement.

Revenir à des outils "analogiques" va m'aider dans ma désintoxication des écrans, mais c'est vrai que je n'avais pas pensé à l'aspect slow de l'écriture, de la recherche d'informations etc. à l'ancienne !

#7 : Oser la déconnexion

Ah, nous y voilà, la détox digitale arrive sur le tapis ! Du coup, je vous propose de consulter mon article sur le sujet ici : Comment décrocher des écrans

J'en parle aussi très régulièrement dans ma lettre "Slow au quotidien", ma newsletter du mardi, puisque je tente le dimanche déconnexion depuis quelques semaines. Aventures à suivre !

S’inscrire à la lettre Slow au quotidien

#8 : Dire "Je n'ai pas pris le temps" plutôt que "Je n'ai pas eu le temps", assumer nos choix

Ici aussi, un point qui me tient à cœur. Je n'y arrive pas toujours, mais j'essaie au maximum de bannir cette phrase de "Je n'ai pas le temps" de mon vocabulaire. Je suis complètement d'accord avec l'idée de l'auteure selon laquelle c'est une question de choix. J'ai choisi d'ouvrir Instagram au lieu de mon roman en cours, donc dans l'absolu, c'est faux de dire que je n'ai pas le temps de lire. Même si ça me démange de le dire ;)

#9 : Faire la sieste

Je m'autorise la sieste quand j'en ressens le besoin, mais j'avoue avoir encore une pointe de culpabilité quand c'est le cas. Il y a tellement de choses qui pourraient avancer pendant ce temps-là !

Le plus important pour moi dans cette situation, c'est de me rappeler à quoi je souhaite donner la priorité dans ma vie : mon bien-être et ma santé, ou ma liste d'objectifs professionnels ?

Ça ne me fait pas toujours plaisir de faire ce choix (coucou à toutes celles qui se mettent la barre très très haute). Mais au final, j'ai toute la vie pour cocher tous mes objectifs, alors que la santé ça se gère à l'instant T.

#10 : Ne rien faire permet au cerveau d'imaginer des solutions alternatives

M'accorder un ou plusieurs moments dans la semaine pour laisser mon cerveau vagabonder, avoir des idées, imaginer des nouveautés... C'est mon rêve !

Et pourtant encore une fois, je sais très bien que c'est une question de choix. Qu'il ne tient qu'à moi d'être un peu moins dans l'action et de me permettre d'être dans la réflexion.

Il y a encore quelques semaines, je m'accordais du temps le samedi ou le lundi pour ça, et j'avoue avoir de plus en plus de mal. Une bonne habitude à reprendre !

#11 : Marcher étire le temps et étend l'espace

Prendre le temps de marcher pour aller quelque part, c'est quelque chose que je n'ai pas fait depuis longtemps ! Même les promenades se font rares ces dernières semaines... alors qu'on avait pris le bon pli de ce côté-là avec mon mari ces derniers temps !

J'avoue que la solution de facilité de la voiture a pris le pas. Je me mets un rappel à l'ordre sur ce coup-là !

A vous de jouer !

J'espère que cet article vous aura plu, il a été l'occasion de balayer un grand nombre de sujets autour du slow living :)

Et vous quelle est la suggestion que vous suivez le mieux et celle que vous ne suivez pas du tout parce que vous avez toujours une excellente excuse ?

 
 
 
 
 
J'ai testé choisir de ralentir (1).png
 

A bientôt, et n’oubliez pas de profiter !


 
Photo bio Cécile.png

La fille qui saute sur toutes les méthodes de gain de temps et de productivité, c’est moi, Cécile. J’aime bien être organisée et efficace. Mais le slow living, c’est bien aussi, non ? Sur ce blog, je tente de concilier les deux.