Gérer la démotivation

window-1148929_1920.jpg

Hello!

Nous avons un nouveau sujet aujourd'hui sur le blog, puisqu'on va parler de crise de démotivation! J'ai été en mode "larve" totale pendant tout le mois d'avril, tout ce que j'aimais d'habitude m'ennuyait, je n'avais envie de rien faire, y compris m'occuper de mon site. Une période très frustrante. C'était même difficile à accepter, parce que Prioriser et Profiter c'est mon projet-passion, celui qui me porte depuis des mois, sur lequel j'ai planché presque non-stop depuis fin 2018. Sur lequel je fonde pas mal d'espoirs pour l'avenir aussi, avec un projet professionnel.

Du coup, j'ai l'impression que je n'ai pas le droit d'en avoir marre. De ne pas être d'humeur à écrire, à publier, à me renseigner sur le slow living. Pas le droit de me plaindre ni de me reposer en somme. Mais ça m'a fait réagir quand même! J'ai fait ce que j'ai pu pour gérer cette crise de motivation de façon zen.

(NB : les premiers paragraphes de cet article sont issus d'une lettre "Slow au quotidien" d'il y a quelques semaines, le reste est inédit. N'hésitez pas à vous inscrire, pour recevoir ce genre de réflexions tous les mardis dans vos boîtes mail!)

Inscription à la lettre “Slow au quotidien” >>

Se laisser tranquille

Je vais vous avouer un truc : j'ai dû travailler entre 1h et 2h par jour sur cette période, sauf exception. Mon cerveau avait envie de culpabiliser par rapport au modèle du salariat à 35 ou 40 heures qui est considéré comme la norme. Mais je me suis souvenue que si je me lançais dans une activité indépendante et sur ce sujet particulier, c'était justement pour voir ce que ça fait de se sortir de cette norme!

Changer un peu d'air

J'ai changé un peu d'air, en allant travailler de temps en temps en bibliothèque ou même dans un parc, un jour de beau temps. Je suis supeeeeer casanière et rien ne me rend plus heureuse que de travailler pépère chez moi, mais il faut bien avouer que je tournais un peu en rond et que j'étouffais. Ça m'a reboostée, dis-donc.

Appuyer sur Reset

J'ai fait un reset, un redémarrage à zéro. J'ai fait un grand tri/rangement de mes mails, de mes idées éparpillées sur des post-it ou des carnets etc. J'ai fait le vide dans mes abonnements Instagram, Youtube et de podcasts : j'avais l'impression d'être étouffé de contenus qui ne m'apportaient pas ce que je cherchais, donc j'ai fait de la place. Et de nouvelles personnes, bien plus en phase avec ce que j'avais envie de voir/écouter, sont apparues comme par magie 😉

Un bain de positivité

En lien avec ces comptes que j'ai commencé à suivre : je me suis plongée dans un "bain de positivité", c'est-à-dire que je ne me suis exposée qu'à des personnes/du contenu qui me font du bien, qui m'apaisent ou au contraire me reboostent.

Revoir ses intentions à la baisse

J'ai revu mes intentions un peu à la baisse, et accepté que les choses se feront, seulement un peu plus tard que prévu (au fond, il n'y a que moi qui le remarquerai puisque personne ne voit les deadlines que je m'impose à moi-même). Ce genre de lâcher-prise, c'est vraiment pas facile et vous commencez à me connaître, ça ne me met pas à l'aise d'admettre que je vais pas pouvoir tenir mes objectifs de base. Mais au bout d'un moment, quand on se pourrit la vie soi-même, il faut se dire "merde" ^^

Amener de la nouveauté

J'ai appris de nouvelles choses. Comme plusieurs autres points, c'était un moyen de casser la routine, cette sensation d'ennui qui me collait à la peau. Je me suis donc joyeusement lancée dans l'apprentissage de... l'allemand! Youpi. Non mais parce que c'est possible voire probable qu'on aille vivre en Allemagne, et que je n'en ai jamais appris le moindre mot. Ah si, pommes de terre, mais du coup ça limite la conversation.

Parler

J'ai fait sortir cette sensation en en parlant avec mon mari! C'est pourtant si simple, mais je ne suis pas quelqu'un qui partage facilement ses états d'âme avec son entourage. J'ai peur de déranger, vous comprenez (là, je fais un facepalm). Je sais que c'est une mauvaise habitude, mais que voulez-vous, je ne veux pas en rajouter une couche à ceux qui en ont déjà ras le pompon, au hasard mon mari qui est en train de rédiger sa thèse. Je ne veux pas faire l'ingrate qui se plaint alors qu'elle monte son projet-passion pendant qu'il y en a qui triment. Oui mais voilà, j'ai le droit d'avoir le moral dans les chaussettes, comme tout le monde (et on dirait pas comme ça, mais c'est pas parce que je suis à la maison que je me tourne les pouces). Donc leçon à moi-même pour la prochaine fois : verbalise ce que t'as sur le cœur , merde à la fin!

A vous de jouer!

Sur ces paroles d'encouragement à moi-même, je conclus cet article spécial "coups de mou"! J'espère que vous aurez pu y piocher des petites idées à mettre en place pour vous-même. En tout cas, on peut dire que ça se résume à lâcher-prise, passer à autre chose pendant un temps en s'autorisant des activités plaisir aussi longtemps qu'il le faut, et revenir reboosté(e) à bloc!

Dites-moi tout, est-ce que vous êtes d'accord avec mes solutions, et quelles sont vos astuces pour vous remotiver quand ça ne va pas fort et que tout vous casse les pieds?

 
Mockup%2BMiracle%2BMorning%2Bblog.jpg

Télécharger "Le Miracle Morning en 15 minutes!"

Pour profiter des bienfaits de la routine sans sacrifier son sommeil ;)

 

A bientôt, et n’oubliez pas de profiter !

 
Comment retrouver la motivation quand on en a marre de tout.png
 

 
Photo+bio+C%C3%A9cile.jpg

La fille qui saute sur toutes les méthodes de gain de temps et de productivité, c’est moi, Cécile. J’aime bien être organisée et efficace. Mais le slow living, c’est bien aussi, non ? Sur ce blog, je tente de concilier les deux.