Introvertis : Comment s’adapter à un monde qui va trop vite ?

books-3669911_1920.jpg

Bonjour tout le monde !

Aujourd’hui, pour parler de mieux se connaître soi-même et de respecter son rythme, j’ai choisi l’angle de l’introversion. Premièrement parce que c’est quelque chose qui me parle personnellement et qui m’a fait beaucoup me remettre en question par le passé ; et puis aussi parce les scientifiques et les auteurs se sont beaucoup penchés sur la question ces dernières années, ce qui fait qu’on trouve beaucoup d’infos intéressantes pour nous éclairer sur le sujet.

Je vous propose de comprendre d’où vient l’introversion, de savoir si vous êtes introvertis et de prendre conscience de ce que ça signifie pour vous, et de trouver des solutions pour parvenir à vous ressourcer !



Introverti ou extraverti : d’où ça vient ?

Première question : qu’est-ce qui fait qu’on est introverti ou extraverti ? Est-ce que ça vient de notre éducation ou est-ce qu’on naît soit l’un soit l’autre ? Bon, comme souvent, un peu des deux. Mais il y a quand même une grande part de prédispositions génétiques, figurez-vous (c’est parti pour l’instant scientifique).

Pour faire court, la moitié de la population possède une certaine variation d’un gène, qui va favoriser une grande réactivité. Une grande réactivité, cela signifie une sensibilité importante aux stimulations de l’environnement, les personnes sont plus facilement “agressées”.

Chez ces personnes, le système nerveux est configuré de manière à assurer le calme, la relaxation et à ralentir la fréquence cardiaque par exemple.

Ça, c’est ce qui se passe biologiquement chez les introvertis. Au-delà d’un caractère ou d’un comportement qui pourrait être encouragé pendant l’éducation, on voit bien qu’il y également des facteurs qu’on ne peut pas contrôler dans ce trait de personnalité !

 
Enfin seule !

Enfin seule !

 

Suis-je introverti ou extraverti ?

Je suis quasiment sûre que vous savez très bien vous identifier sous une étiquette ou l’autre, parce qu’on nous classe dans les cases très tôt dans notre enfance. Dites-moi pour vous, mais pour moi c’est quelque chose qui fait profondément partie de mon identité.

Je vous mets quand même quelques indices ci-dessous. Répondez par vrai ou faux à ces affirmations :

  • Je préfère les conversations en tête-à-tête plutôt qu’à plusieurs

  • Je préfère m’exprimer par écrit

  • La solitude ne me dérange pas, voire je la recherche

  • Je préfère réfléchir seul(e) pour résoudre un problème

  • Si je suis très fatigué(e), je préfère être seul(e)

  • Si je passe beaucoup de temps avec du monde, je me fatigue

  • J’aime observer et j’ai le soucis du détail

  • J’aime travailler en profondeur

Si ça vous rappelle quelqu’un, c’est parce que c’est mon portrait XD

Si vous avez plutôt répondu oui à ces affirmations, c’est que vous penchez vers la catégorie introvertie. Il existe tout un tas d’introvertis différents, de celui qui se trouve plus dans la moyenne (osons le dire, dans la normalité, dans ce que la société valorise), jusqu’à celui qui se trouve dans les extrêmes et qui se reconnaît dans TOUS les traits de caractère associés à l’introversion, et dont on a un peu fait le tour ci-dessus.

Et là, c’est le drame : si vous êtes très introvertis, vous avez remarqué que vous n’entrez pas dans les standards de ce qui est attendu en terme de communication ou de dépense d’énergie. Les environnements de travail sont trop stimulants (open-space bruyants et fourmillants, culture de la réunion et de celui-qui-parle-le-plus-et-le-plus-fort-a-raison), les idéaux sociétaux nous matraquent qu’il faut avoir une brillante carrière où l’on se met en avant ET aller à la salle de sport transpirer avec des inconnus ET avoir une grande et belle famille qui fait plein d’activités en rigolant très fort ET recevoir ses amis tous les week-ends ET ET ET… Et boum, ça pète dans le cerveau de l’introverti. Car si tous ces éléments rechargent à bloc les extravertis, qui ont besoin de beaucoup de stimuli extérieurs, pour l’autre moitié de la population c’est une autre histoire.

Allez, on passe au guide de survie ;)

 
On s’amuse bien dans les after-work entre extravertis !

On s’amuse bien dans les after-work entre extravertis !

 

Comment respecter son rythme en tant qu’introverti ?

On a bien compris que le cerveau des introvertis dépense plus d’énergie que celui des extravertis, dans n’importe quelle situation, car il est plus sensible aux stimuli du monde extérieur. Il se passe tellement de choses dans leur tête qu’ils sont suffisamment stimulés comme ça !

Les temps de solitude permettent donc aux introvertis d’éviter la surstimulation. Il leur permet de se ressourcer, de se concentrer sur leur monde intérieur. Mais comment mettre ça en pratique dans son quotidien ?

Trouver son rythme au travail

En ce qui concerne le travail, cherchez à mener des activités de réflexion, comme les recherches et l’écriture, pour mettre à profit votre force de concentration et votre profondeur de pensée. Si vous pouvez travailler sur un sujet qui vous tient réellement à cœur, c’est encore mieux : les introvertis ont la persévérance nécessaire pour travailler intensément sur un sujet qui les passionne, et ainsi devenir excellents dans leur domaine.

Vous pouvez aussi essayer d’être présent au travail plus tôt ou plus tard que les autres, pour bénéficier de temps seul ou plus calme. Je connais plusieurs personnes qui font ça, et elle vantent toutes les bénéfices qu’elles retirent de cette habitude. Le téléphone ne sonne pas, les collègues ne vous interrompent pas, bref, les sollicitations sont limitées.

Ces deux premières options ne sont pas accessibles pour tout le monde, mais je pense que dans tous les contextes pro, vous pouvez choisir de vous promener pendant la pause déj, ou de manger avec une ou deux personnes seulement. Contrairement aux grandes tablées, cela devrait vous donner l’espace nécessaire pour vous reposer avant de reprendre pour l’après-midi.

 
Un déj’ à deux, tranquilou

Un déj’ à deux, tranquilou

 

Respecter ses besoins dans la vie perso

Essayez de repérer si certaines personnes ou situations ont particulièrement tendance à vous fatiguer. Si vous sortez systématiquement à plat de conversations avec une certaine personne, ou d’une activité particulière, envisagez de réduire le temps que vous passez dans ces relations et ces situations. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est prendre soin de soi ;) (Oui je sais, vous avez du mal à vous le mettre dans la tête!)

Bien sûr, on ne peut pas toujours éviter d’être confrontés à ces circonstances qui nous pompent notre énergie. Il est alors important de prévoir à l’avance comment vous allez pouvoir recharger vos batteries. Si vous devez vous retrouver dans un grand groupe de personnes par exemple, prévoyez de trouver un coin tranquille pour pouvoir parler avec une seule personne à la fois.

Pendant votre temps libre, ça ne sert à rien de toujours vouloir aller contre votre nature et de vous plier à des loisirs qui vous sollicitent trop, uniquement parce qu’ils sont à la mode ! Osez affirmer que vous avez besoin d’une pratique artistique, de jardinage, de lecture, de yoga…

Et le sujet le plus difficile, celui de se préserver à la maison, quand on a des enfants ? Essayez de garder un “espace” à vous. Si vous êtes chanceuse, ce sera une pièce où personne d’autre que vous n’a le droit d’entrer. Mais ça peut aussi être au figuré : quand maman est dans la cuisine (ou lit, ou jardine…) c’est le moment où on ne vient pas l’embêter. Personnellement, j’ai grandi introvertie dans une famille d’introvertis, ce qui fait que j’ai l’impression d’avoir toujours compris les besoins de calme des autres. Mais j’écoute les mamans parmi vous, qui ne manqueront pas de me faire partager leurs expériences folkloriques à ce sujet XD

 
Attention, voilà la cavalerie :)

Attention, voilà la cavalerie :)

 

A vous de jouer !

Ami(e)s introverti(e)s, en fonction de votre situation professionnelle et familiale, j’espère que vous aurez pu trouver dans cet article des éléments pour vous aider à mieux vous comprendre, et à mieux respecter vos besoins. Rappelez-vous : contrairement à ce qu’on vous a fait croire, vous n’êtes pas des inadaptés sociaux, c’est la société qui ne sait pas voir la valeur de vos qualités !

Misez sur vos forces : la profondeur, la concentration, l’écoute, le calme, l’analyse, l’écriture, l’empathie, et bien d’autres. Mais ne respectez pas non plus au pied de la lettre tous mes conseils : gardez l’équilibre, sinon vous allez vous isoler et rater plein d’occasions de grandir, d’évoluer ;)

Et vous, êtes-vous plutôt introverti ou extraverti ? Et quelles sont vos moyens de recharger les batteries, en respectant vos besoins ?

Dites-moi aussi si un article similaire pour les extravertis vous intéresse. Les ouvrages que j’ai trouvé traitent particulièrement des introvertis, mais j’y ai trouvé des choses intéressantes sur l’autre personnalité aussi.

Pour aller plus loin :

La force des discrets, Susan Cain : Un livre très complet et passionnant, mais dense, je vous préviens ! Bourré de récits d’études scientifiques et de parcours d’introvertis célèbres, pour vraiment bien comprendre d’où vient l’introversion.

Le monde appartient aux introvertis, Sylvia Loehken : Encore un livre passionnant, dans un tout autre style. Celui-ci est très pratico-pratique. Il va prendre toutes les situations que les introvertis peuvent mal vivre au quotidien (du voyage d’affaires à la grosse fête entre amis), et donner des tonnes de conseils pour y faire face avec nos propres forces.

Résumé pour les pressés

Comment parvenir à ralentir quand on est introverti ?

  • Ayez conscience de vos besoins pour prendre soin de vous
  • Privilégiez les travaux de réflexion
  • Décalez un peu vos horaires pour profiter d'un temps calme
  • Prenez un bol d'air le midi
  • Apprenez à reconnaître et à gérer les situations qui déchargent vos batteries, pour pouvoir vous y préparer
  • Ressourcez-vous grâce à des loisirs artistiques ou en contact avec la nature par exemple
  • Efforcez-vous de vous approprier un espace à vous, un espace sacré dans lequel chacun respect votre besoin de calme
  • A bientôt, et n’oubliez pas de profiter !

     
    Logo Pinterest.png

    Épingler cet article !

     
    Introvertis comment s'adapter à un monde qui va trop vite.png
    Flèche.png
     
     

     
    Photo+bio+C%C3%A9cile.jpg

    La fille qui saute sur toutes les méthodes de gain de temps et de productivité, c’est moi, Cécile. J’aime bien être organisée et efficace. Mais le slow living, c’est bien aussi, non ? Sur ce blog, je tente de concilier les deux.