Slow travel : les vacances en douceur

clouds-4286966_1920.jpg

Je suis quelqu'un qui adore planifier, organiser. C'est presque un besoin, et ça dit certainement de moi que j'a une obsession du contrôle complètement déraisonnable et une grande peur de l'imprévu. Mes occasions de planifier préférées, celles où je peux m'égarer pendant des heures, ce sont les vacances. Que ce soit pour un grand voyage ou un séjour plus simple, je m'éclatais jusqu'à l'année dernière à prévoir minutieusement un tas de choses à faire. Parce que quitte à être sur place, il faut absolument TOUT voir, n'est-ce pas ? Les vacances ne seront réussies que qui je vois tout ce que le guide touristique désigne comme incontournable, plus quelques endroits qui me font plaisir pour une raison ou pour une autre. Et bien cette année, j'ai décidé de prendre le contre-pied de toutes mes habitudes en matière de vacances.

Mon critère indispensable : le temps de trajet

Faire 12 heures de voiture pour aller m'entasser avec tout le monde sur les plages de la Côte d'Azur, très peu pour moi. J'ai donc commencé mes vacances slow par choisir une destination à maxi 4 heures de route de chez moi. De toute façon cette année, il faisait beau et chaud partout ! Pas de bouchons, pas de journée de voiture fatigante, pas d'énervement !

Comme les locations commencent dans l'après-midi et que vous n'êtes pas loin, il y a des chances pour que vous soyez tout seul sur la route !

Pas trop de planification

J'étais dans une région très riche culturellement, où il était facile de prévoir des visites tous les jours, et même plusieurs par jour, le mieux étant carrément de faire un road-trip.

Que nenni ! Je n'avais prévu que 3 demi-journées sur la semaine et avais laissé le reste libre. Ça laisse le temps pour les balades à pied par-ci par-là, pour les baignades, pour les bons repas et les longs apéros. Ma recommandation si cette option est disponible : louez un vélo et demandez au loueur de vous conseiller un itinéraire sympa. Promenez-vous, perdez-vous, admirez le paysage !

Ne pas essayer de tout voir

Honnêtement, à part si vous partez pour LE voyage de votre vie, ça ne sert à rien d'essayer de tout faire. Il y a un endroit où vous voulez aller mais il faut prendre 2 trains différents alors que vous ne connaissez pas la langue, et si vous en ratez un vous devrez attendre deux heures pour avoir le prochain ? Demandez-vous si la visite vaut la peine de passer la moitié de la journée dans les transports. Vous aimeriez aller visiter ce fameux château mais il est à 1h30 de voiture et vous savez que vous allez galérer à vous garer et finir par vous énerver ? Peut-être qu'il existe un autre site à visiter plus près et moins fréquenté. Pour moi, accepter parfois de renoncer à faire ce que tout le monde fait et considérer quand même ses vacances comme réussies, c'est ça les vacances slow.

Et si on restait chez soi ?

Je ne suis pas beaucoup partie pendant mes 3 semaines de vacances d'été, mais j'en étais ravie. Pourquoi ? Parce que j'avais du coup 2 semaines pour faire ce que je ne fais jamais d'habitude : faire ma grosse touriste autour de chez moi, par exemple.

Un tour à l’Office du Tourisme local, et c’est parti pour les jolies découvertes ! Des coins de verdure pour se promener ou des activités sympa et pas chères voire gratuites, on en trouve partout, même en région parisienne.

A vous de jouer

L'habitude d'aller à fond les ballons tout le temps, même en vacances, c’est dur à perdre. D'autant plus quand au retour, tout le monde vous demande si vous avez fait tel ou tel super truc incontournable, que vous répondez non, et qu'on vous prend pour un neu-neu qui ne sait même pas profiter des vacances...

Pour moi, le slow travel c'est ne se créer aucune contrainte quand on part en vacances.

Et pour vous, c'est quoi ?

 
 
 
 
 
Slow travel les vacances en douceur.png
 

A bientôt, et n’oubliez pas de profiter !


 
Photo bio Cécile.png

La fille qui saute sur toutes les méthodes de gain de temps et de productivité, c’est moi, Cécile. J’aime bien être organisée et efficace. Mais le slow living, c’est bien aussi, non ? Sur ce blog, je tente de concilier les deux.